L ENFANT

Et tout se passe à l’intérieur

Dans le silence se déteriore,

Lassé par tant de pesanteur,

L’enfant dans son fort intérieur.

Lardé de coup, dans un broyeur

Invisible,d’où la frayeur,

L’enfant ne peut voir la lueur,

Et s’abîme dans les profondeurs

De son âme en apesanteur.

 

Liquéfié par toute la lenteur

Du temps qui  refuse de passer

L’enfant ne sort de sa torpeur

Que pour rêver à l’évasion

Il n’a plus d’enfant que le nom

Sa vie est une contradiction

Il est Trop jeune pour tout comprendre

Pourtant trop vieux pour se méprendre.

Il est crispé.

Ne sait pourquoi

Vit tourmenté

Ne sait par quoi

Destin volé

De l’enfant roi,

Déchu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



compter enfin

Pour quelque chose compter enfin

Sur tant de chose j ai compté sans fin

Tellement de fables racontées en vain

Pour au bout de comte rester sur ma faim.

Ce cycle infernal s’arrete enfin.

Car je me suis vue

A travers mes yeux

Et j’ai reconnu

Que je vaux  bien mieux

Que tout ce qui se peut rêver

que je pourrai jamais compter.

Et ça qui compte.

En fin de compte JE compte !

 

 

 

 

 



DE LA PEUR A LA CONNAISSANCE

Ok je repars a zéro.

Mais cette fois » JE » est le héro

J’ai plein d’envie de première fois

D enfin pouvoir goûter tout ça

Pour moi

Sans plus aucune anxiété

Ne rien attendre juste donner

Me nourrir de mon propre amour

Ne mourrir que pour un temps court

Et toujours ensuite renaître

Pour repartir à la conquête

De ce qui jadis fut perdu

Mais qui aujourd’hui vit en moi

Et me rempli de tant de joie

Que j’en pleure de reconnaissance

Le leurre a perdu sa puissance.

De la peur à la connaissance.

 

 



12345...7

L'info back. |
ouvrir les yeux |
soulrebel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pluri'Elles pour la parité
| sexagénaire cherche emploi
| le contre pouvoir